Lexique et documents complémentaires

 

 

                Vous trouverez ici, tous les termes scientifiques, définis et expliqués de façon à rendre compréhensible l'ensemble du TPE, ainsi que les documents complémentaires.

                 Si, toutefois certains mots restaient incompris, il suffit de nous laisser un commentaire dans le livre d'or et nous répondrons à votre demande en publiant la définition sur le site.

 

 

 

 LEXIQUE :

 

 

Accident hémorragique :

 

          Causé et détectable par la rupture d'un vaisseau sanguin, souvent endommagé, ou en mauvais état à l'origine et soumis à une pression sanguine excessive.

 

Radiographie d'un accident vasculaire hémorragique

 

 

 

Scanner cérébral montrant une hémorragie intracérébrale profonde due à un saignement dans le cervelet, chez un homme de 68 ans.

(cliché pris en 2009)

 

 

 

 

Accident ischémique :

          C'est un type d'accident vasculaire cérébral (provoqué par une occlusion d'un des vaisseaux à destinée cérébrale), qui fait craindre la venue d'un accident ischémique constitué (ou infarctus cérébral dont les lésions sont définitives).

         Le signe caractérisant cet accident est la diminution ou l'arrêt transitoire du flux sanguin, le plus souvent en raison d'une embolie fibrino-plaquettaire (un caillot de sang) qui bouche une artère.

 


Angiographie:

          Technique d'imagerie médicale dédiée à l'étude des vaisseaux sanguins qui ne sont pas visibles sur des radiographies standards. On parle d’artériographie pour l'exploration des artères et de phlébographie pour celle des veines. L'angiographie est un examen basé sur l'injection d'un produit de contraste lors d'une imagerie par rayons X.

 


Biopsie: 

          Prélèvement d'un échantillon de tissus de l'organisme dans le but de réaliser un examen microscopique.

 

 

Coronarographie:

      Technique d'imagerie médicale utilisée en cardiologie pour visualiser les artères coronaires.

          Les artères coronaires sont nommées ainsi du fait de leur disposition en couronne autour du cœur, ce sont des artères recouvrant la surface du cœur, permettant de vasculariser (irriguer), et par conséquent de nourrir, le muscle cardiaque (myocarde).

Schéma du coeur avec les artères coronairesSchéma du coeur humain et de ses artères coronaires

           La coronarographie est l'examen de référence en cas de suspicion de maladie des artères coronaires : angor, infarctus du myocarde ou ischémie myocardique silencieuse.

           Elle doit être faite à partir d'un certain âge chez tout patient devant être opéré du cœur (ce qui permet la correction simultanée des lésions sur des artères coronaires), elle peut également être proposée pour explorer une insuffisance cardiaque stabilisée pouvant être révélatrice d'une maladie des coronaires.

           Cependant, bien que rares et le plus souvent bénins, des incidents peuvent survenir :

                                 - dus à la ponction (l'opération en elle-même) de l'artère : infections et hémorragies rares, le plus souvent formation d'un hématome ou d'un anévrisme artériel (agrandissement des parois d'une artère dans lesquelles s'engouffre le sang et où il peut y avoir formation de caillots) nécessitant une réparation chirurgicale.

                                - dus à l'injection du produit iodé : allergie (pouvant être prévenue par des médicaments) ou insuffisance rénale. 

          Plus rarement, la coronarographie peut provoquer une insuffisance cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Il n'est pas rare que l'injection dans le ventricule entraîne des extrasystoles, engendrant quelques palpitations et autres incidents plus graves.

 

 

Drainage:

          Ce terme désigne la mobilisation, soit vers l’extérieur de l’organisme, soit vers une structure à l’intérieur de l'organisme, de substances liquidiennes ou de masses gazeuses, qu’elles soient physiologiques ou pathologiques. 

 

 

Diastole et systole:

         Ces deux phénomènes caractérisent les battements du cœur.Schéma du coeur

 

 

                                       Schéma du coeur humain.

 

 

 

 

 

 

         La diastole (ou remplissage des oreillettes): 

Représentation schématique de la diastole

1- Les oreillettes se contractent. Passage du sang des oreillettes vers les ventricules. Valves sigmoïdes fermées.

 2- Ouverture des valves mitrale et tricuspide. Valves sigmoïdes fermées.

 3- Oreillettes remplies. Ventricules relâchés. Valves fermées.

Le muscle se remplit.

 

         La systole (ou éjection des ventricules) :

Représentation schématique de la systole

4- Fin de la diastole:les valves sigmoïdes se ferment. Les ventricules se relâchent. Les oreillettes continuent à se remplir.

5- Les ventricules se contractent et propulsent le sang dans l'aorte et l'artère pulmonaire. Les valves sigmoïdes, mitrale et tricuspide fermées.

6- La pression sanguine dans les ventricules ferme les valves mitrale et tricuspide. Les ventricules commencent à se contracter.

→ Contraction du cœur pour chasser le sang de ses ventricules vers les artères de la petite et de la grande circulation.

 

 

Gray (unité de mesure):

 

          Le gray est l'unité dérivée d'énergie massique de radiation absorbée du Système international. Un gray est la dose d'énergie absorbée par un milieu homogène d'une masse d'un kilogramme lorsqu'il est exposé à un rayonnement ionisant apportant une énergie d'un joule. Cette unité concerne les effets physiques du rayonnement ionisant.

 

 

 

 

Ionisation:

          C'est l'action qui consiste à enlever ou ajouter des charges à un atome ou à une molécule, qui ne va donc plus être neutre électriquement, ce sera donc un ion.

 

 

Kyste:

         Tumeur le plus souvent bénigne constituée d'une cavité située dans un organe ou un tissu, limitée par une paroi qui lui est propre, dont le contenu est généralement liquide ou semi liquide.

Exemple de Kyste postérieur du poignet.

 

 

             Exemple de Kyste (tissulaire) du poignet (tumeur bénigne).

 

 

Image de radiographie avec scanner de kystes hépatiques

 

 

Image de kyste hépatique (qui touche au foie) :

Le foie est le deuxième organe, après les reins, a être le plus souvent touché par la présence de kystes.

 

 

 

 

Longueur d'onde:

          Une longueur d'onde λ est une grandeur physique, homogène à une longueur, utilisée pour caractériser des phénomènes périodiques.

                                                                                           Représentation graphique de la longueur d'onde

 

Représentation graphique de la longueur d'onde λ d'une fonction sinus.

 

 

 

 

 

 

 

Ondes électromagnétiques:

Les ondes électromagnétiques sont des vibrations qui se propagent dans l'espace, en vagues. Il faut savoir que le courant électrique produit deux champs, le champ magnétique et le champ électrique, qui sont tous deux alternatifs. Les ondes de ces deux champs se propagent perpendiculairement entre elles et à la direction de propagation. De plus, aux fréquences très basses, le champ magnétique et le champ électrique se considèrent séparément alors qu'aux fréquences élevées, ces deux champs sont indissociables et sont repris, soit sous le terme "champ électromagnétique", soit sous le terme "onde électromagnétique". C’est donc à la naissance de ces deux champs que les ondes électromagnétiques sont produites.

 

 

 

Principe de propagation des ondes électromagnétiquesPrincipe de propagation des ondes électromagnétiques.

 

 

 

 

Mitose:

         Division des cellules non sexuelles (découverte vers 1880 par les allemands Strasburger, botaniste, et Walter Flemming, anatomiste) dans laquelle a lieu un dédoublement des chromosomes qui permet aux cellules nouvellement formées de posséder le même nombre de chromosomes que la cellule qui se divise, ainsi les deux cellules ont un contenu génétique identique. Après la mitose, la cellule peut, soit quitter le cycle cellulaire pour se développer, atteindre sa maturation et éventuellement mourir (apoptose), soit passer à la phase de repos (G0) et revenir plus tard dans le cycle cellulaire.

         La mitose est l'une des phases du cycle cellulaire : les cellules se divisent suivant un cycle qui comporte deux étapes : la division cellulaire proprement dite (mitose) et la période de croissance qui sépare deux divisions (l'interphase).

Photos, schémas et commentaires sur la mitose

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos, schémas et annotations sur le processus de division cellulaire : la mitose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Photons:

Particules de masse nulle, non chargées se déplaçant à la vitesse de la lumière, qui produisent de l’énergie comprise entre 102 et 105 électronvolt (une unité de mesure d’énergie notée eV), sachant qu’un électron volt est égal à environ 1,60217653x10-19 joule (une unité hors système international, dont la valeur est obtenue expérimentalement, notée J).

  

 

Produit de contraste:

 

           Médicament qui augmente artificiellement le contraste, permettant de visualiser une structure anatomique ou pathologique naturellement peu ou pas contrastée et que l’on aurait donc du mal à distinguer des tissus voisins. En radiographie on exploite la capacité du produit à absorber les rayons X, administré de diverses manières.

            Il peut y avoir de graves réactions aux produits de contraste iodés, la toxicité des produits de contraste iodés est liée au caractère ionique de certains d'entre eux, à leur toxicité chimique directe (agression des vaisseaux, des cellules sanguines, altération de la conduction cardiaque...) et à des réactions de type anaphylactique (l'intolérance aux produits de contraste iodés est l'exemple classique d'une réaction d'hypersensibilité).

          Cette toxicité s'exprime différemment selon la voie d'injection et les réactions peuvent être mineures (nausées, vomissements, frissons, picotements dans le nez...) mais il se peut également que des manifestations d'hypersensibilité surviennent dans l'heure qui suit l'injection (de façon légère: éruptions cutanées, urticaire généralisé; modérées: différent œdème, spasme bronchique ou très sévère: arrêt respiratoire). D'autres manifestations peuvent survenir plus tard apparaissant entre une heure et une semaine suivant l'injection, elles sont souvent de type éruptions cutanées variées, mais elles peuvent aussi être cardio-vasculaires avec vasodilatation (sensation de chaleur qui suit l'injection intravasculaire) ou entraîner une insuffisance rénale aiguë.

 


Radiation ionisante ou rayonnement ionisant:

          Un rayonnement ionisant est constitué d’un rayonnement α, β et ϓ. Le rayonnement alpha, constitué de noyaux d'hélium est arrêté par une simple feuille de papier. Quant au  rayonnement bêta, constitué d'électrons ou de positrons (l'antiparticule associée à l'électron, qui possède une charge électrique de +1 charge élémentaire), lui est arrêté par une plaque d'aluminium. Et le rayonnement gamma, constitué de photons très énergétiques, est, quant il pénètre de la matière dense, atténué mais non stoppé, ce qui le rend particulièrement dangereux pour les organismes vivants. Ces trois formes sont souvent associées à la radioactivité.

Représentation du principe de rayonnement ionisant

 

 

 

 

 

Représentation du principe des rayonnements α, β et ϓ qui constituent le rayonnement ionisant.

 

 

 

         

  

  

 

Radiographie:

          Ensemble des techniques permettant de réaliser des clichés, à l’aide de rayons X, des structures internes d’un patient ou d’un composant mécanique. Le cliché obtenu est appelé une radiographie.

 

 

Sievert (unité de mesure):

 

          C'est l'unité dérivée du système international pour l'équivalent de dose. Cette unité est nommée en hommage à Rolf Sievert, physicien suédois, célèbre pour ses travaux sur la mesure des doses de radiations et ses recherches sur les effets biologiques des radiations. De plus, il faut savoir que: 1 Sv = Q J/kg, où 'Q' est le facteur de qualité du rayonnement.

 

 

Tumeur:

          Augmentation du volume d'un tissu de façon anormale provoquée par la prolifération de certaines cellules échappant aux mécanismes de régulation de l'organisme, cette prolifération résulte d'un nombre excessif de divisions cellulaires, ou de défaut de mort cellulaire normale.

          Il existe deux types de tumeurs : bénignes et malignes (ou cancérigène).

 

 

 DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES :

 

Formation de cellules cancéreuses:

Mecanisme de l'apparition d'une cellule cancéreuse

 

Mécanisme de l'apparition d'une cellule cancéreuse.

 

 

 

Systèmes de réparation de l'ADN:

          La réparation de l'ADN est un ensemble de processus par lesquels une cellule identifie et corrige les dommages aux molécules d'ADN.

Molécule d'ADN normale

 

 

 

 

 

Molécule d'ADN en double hélice (deux brins) sans cassure, avec ses nucléotides (Thymine, Adénine, Cytosine, Guanine), ses bases (sucre, phosphate) et ses liaisions entre brins (d'hydrogène).

 

 

 

 

 

 

          Dans les cellules, l'acide désoxyribonucléique (ADN) est soumis continuellement à des activités métaboliques normales et à des facteurs environnementaux (qui sont le plus souvent de nature chimique comme les radicaux libres de l'oxygène ou physique, comme les rayonnements ionisants) portant atteinte à son intégrité. On estime entre mille et plus d'un million le nombre de lésions par cellule et par jour. Beaucoup de ces lésions provoquent de tels dommages que la cellule elle même ne pourrait se reproduire ou donnerait naissance à des cellules-filles non viables si différents processus de réparation n'intervenaient pas.

          La vitesse et le taux de réparation de l'ADN dépendent de nombreux facteurs, comme le type et l'âge de la cellule ainsi que de l'environnement extracellulaire. Une cellule qui a accumulé une grande quantité de dommages à son ADN, ou une cellule qui n'est plus capable d'effectuer efficacement les réparations des dommages subis par son ADN, peut entrer dans l'un des trois états suivants:

      * un état de dormance irréversible, connu sous le nom de sénescence

      * une mort par suicide cellulaire, également connu sous le nom d'apoptose ou mort cellulaire programmée

      * une division cellulaire non contrôlée qui va conduire à la formation d'une tumeur cancéreuse.

         La capacité de réparation de l'ADN d'une cellule est essentielle à l'intégrité de son génome (ensemble du code génétique d'un individu ou d'une espèce) et, donc, à son fonctionnement normal et à celui de l'organisme.

         Des systèmes de réparations performants sont donc prévus par l'organisme, car des lésions de l'ADN surviennent constamment au cours de la vie cellulaire (3000 cassures simples brin/jours/cellule et 1% se transforme en cassures de double brin détruisant alors l'intégralité du chromosome). Des mécanismes de réparation sont donc mis en place très rapidement, permettant aux effets de ne pas être visibles, dans l'immense majorité des cas.

 

         Il existe différents systèmes de réparations en fonction des modifications chimiques  (des bases azotées de l'ADN, des cassures simple brin de l'ADN, des pontages intrabrins et interbrins, des cassures double brin de l'ADN). La cellule a développé des systèmes complexes lui permettant de sonder son ADN et, si nécessaire, de le réparer:

               * La réparation directe de la lésion

Réparation par excision

 

 

               * La réparation par excision (retrait) de base (voir ci-joint à droite)

 

               * La réparation par excision de nucléotides (voir ci-joint à droite)

 

Recombinaison homologue entre chromosomes

 

 

 

               * La Réparation par recombinaison homologue (voir schéma)

 

 

 

 

 

 

 

 

          Chaque cellule dispose de plusieurs "sondes" lui permettant de détecter les dommages de l'ADN. Ce sont des protéines (comme : glycosylase, PARP1, XPC, MRN, ATM et RPA) qui vont être capables de détecter précisément les différentes altérations susceptibles de se produire sur l'ADN. Chaque système de réparation utilise ses sondes spécifiques, qui reconnaissent et se fixent à des structures anormales présentes au sein de l'ADN.

         Avant d'être réparés, les composants altérés de l'ADN doivent être retirés, ainsi que les quelques nucléotides dégradés sur l'un des brins lors d'une cassure de l'ADN. Pour ces différents processus, la cellule fait appel à des enzymes recrutées par les sondes de détection des cassures (qui ont marqué l'ADN) afin de permettre la réparation en éliminant des structures anormales ou des nucléotides.

        Une fois les éléments abîmés enlevés ou après dégradation d'un des deux brins, la cellule synthétise un nouveau brin d'ADN grâce à une ADN polymérase en se servant comme matrice du simple brin restant c'est-à-dire à partir de la séquence d'ADN du brin non altéré. Et une fois l'ADN abîmé remplacé par le nouveau, une ligase (enzyme qui catalyse la jonction de deux molécules) permet de suturer le dernier nucléotide synthétisé par l'ADN polymérase au premier nucléotide conservé du brin d'ADN initial.

       Ainsi, lorsque des radiations ionisantes comme les rayons X endomagent l'ADN, dans la plupart des cas, les système de réparations sont mis en place et interviennent à temps pour restaurer la molécule, mais une dose de 1 Sv détermine 1000 cassures simple brin et 40 double brin par jour par cellule et dans environ une cellule sur trois, des erreurs surviennent au cours de la duplication des molécules d'ADN. Les rayons X modifient donc parfois les cellules et l’ADN en ne permettant la réparation rapide de celles-ci du fait que les cassures soient très nombreuses.

  

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site